Découvrir le livre émouvant Août 1914 : L'Artilleur Alexandre Richard témoigne

Sous l’Occupation allemande

Occupation
Impôt métal 1943.
DR ©

La période de l’Occupation allemande de la France débute avec l’armistice revanchard signé entre la France et l’Allemagne le 22 juin 1940 jusqu’à la Libération en août 1944. Quatre ans de répression et de pénurie. La France a été coupée en quatre : une zone libre au Sud, une zone occupée au Nord, une zone annexée (Alsace-Lorraine du IIIe Reich) et une zone placée sous l’administration militaire allemande de la Belgique (Nord-Pas-de-Calais).
Trop âgé et ayant fini son service militaire, Alexandre Richard n’a pas participé militairement à la seconde guerre mondiale. Il habite à Cachan, dans le Val-de-Marne, durant l’Occupation. Comme tous ses compatriotes, face au blocus économique Allié, aux réquisitions allemandes, et à la baisse de la production française, sa préoccupation quotidienne est de survivre. Entre privations et produits de substitution, le manque de nourriture incite le gouvernement à instaurer des tickets de rationnement. Le pays connait une pénurie énergétique. Les besoins importants des industries de guerre provoquent également un manque de métaux pour l’économie, ce qui force le gouvernement à trouver partout où il le peut du métal. Les autorités vont plus loin en édictant la loi du 9 février 1943 qui institue à la charge de toutes les personnes physiques ou morales assujetties à la contribution mobilière un « impôt métal » qui est acquitté par la remise d’objets renfermant des métaux non ferreux.

Occupation allemande
Ticket de rationnement de pain en mai 1945.
DR ©

Le mariage de sa fille pendant l’Occupation

Née durant la Grande Guerre, la fille d’Alexandre Richard, Régina Richard, se marie pendant l’Occupation le 8 juillet 1944. Elle prend pour époux Lucien Roussard. Celui-ci fait partie de cette génération de Français qui ont vécu les deux guerres mondiales en tant que soldat. Recensé dans la classe de recrutement 1918, l’homme a fait la première du 16 avril 1918 au 21 mars 1921. Le 30 août 1939, il est de nouveau rappelé sous les drapeaux et affecté dans l’infanterie au 211e régiment régional (R.R.). L’armistice entre l’Allemagne nazie et le gouvernement français de Philippe Pétain signé le 22 juin 1940, Lucien Roussard est renvoyé dans ses foyers à partir du 18 juillet 1940.

Partager cette page :